L'Astronomie de Jules Verne

Notes de lecture

to the English version




Jules Verne (1828–1905)



Ces pages ne sont pas une analyse exhaustive du thème de l'astronomie dans l'œuvre de Jules Verne. Ce sont de simples notes de lecture, destinées à montrer comment le romancier appréhendait l'astronomie, avec sa culture d'honnête homme sans bagage scientifique, à partir des écrits du XIXe siècle. Elles essaient de faire la part du vrai et du faux, du connu et de l'inconnu dans le contexte de l'époque.

  • De la Terre à la Lune (1865) et Autour de la Lune (1870).
  • Aventures de trois Russes et de trois Anglais dans l'Afrique Australe (1872).
  • Le Pays des fourrures (1873).
  • Le Tour du Monde en quatre-vingts jours (1873).
  • Hector Servadac (1877).
  • Les Cinq cents millions de la Bégum (1879).
  • Le Rayon-vert (1882).
  • Sans dessus dessous (1889).
  • Mirifiques Aventures de Maître Antifer (1894).
  • La Chasse au Météore (1908).

    Notes sur des romans de Jules Verne dont l'astronomie n'est pas le thème principal :
  • Voyages et aventures du capitaine Hatteras (1866).
  • Voyage au centre de la Terre (1867).
  • Les Enfants du capitaine Grant (1868).
  • Une Ville flottante (1870).
  • La Maison à vapeur (1880).
  • L'Île à hélice (1895).
  • Clovis Dardentor (1896).

    En bonus :
  • De la Terre à la Lune à la scène et à l'écran.
  • Voyage à Vénus (1865) d'Achille Eyraud.
  • Prodigieuse Découverte (1867) d'Armand Audoy.
  • Les Exilés de la Terre (1888) d'André Laurie.


    Ces pages sont mises à jour et complétées au fil du temps.
    Des pages supplémentaires sont en chantier.

     

    Les romans astronomiques de Jules Verne

  • Jules Verne a écrit plusieurs romans de veine astronomique . On remarque surtout De la Terre à la Lune (1865), Autour de la Lune (1870), Aventures de trois Russes et de trois Anglais dans l'Afrique Australe (1872), Le Pays des Fourrures (1873), Hector Servadac, Voyages et Aventures à travers le Monde Solaire (1877), Sans Dessus Dessous (1889), et La Chasse au Météore (1908). On peut y ajouter Le Tour du Monde en Quatre-vingts Jours (1872), Les Cinq Cents Millions de la Bégum (1879), Le Rayon-Vert (1882) et Mirifiques Aventures de Maître Antifer (1894), où l'astronomie y est présente à un degré moindre. Notons que l'Étoile du Sud (1884), malgré son titre, n'a rien à voir avec l'astronomie : il s'agit d'un diamant. De nombreux romans font en outre référence à l'astronomie, à la géodésie et aux phénomènes atmosphériques sans que cela en soit le thème principal.

  • Les deux premiers romans astronomiques, De la Terre à la Lune (1865) et Autour de la Lune (1870), préfigurant la conquête lunaire (et auxquels font pendants Objectif Lune et On a marché sur la Lune d'Hergé), sont sans doute les plus célèbres.

  • Les Aventures de trois Russes et de trois Anglais (1872) mettent en scène six astronomes dont la tâche est de mesurer une portion de méridien terrestre. Il s'agit donc plus de géodésie que d'astronomie, mais historiquement, ce genre de travail est toujours échu aux astronomes. Les héros utilisent la méthode de triangulation exposée en détail dans l'Astronomie Populaire d'Arago. On retrouve le thème des grandes expéditions scientifiques des Cassini, Lacaille, Maupertuis, La Condamine, Méchain, Delambre, Arago... aux époques où le métier d'astronome était un métier dangereux.

  • Le Pays des Fourrures (1873) comprend parmi ses péripéties l'observation — ratée — de la fameuse éclipse de soleil du 18 juillet 1860 dans le Grand Nord canadien par un astronome.

  • Le Tour du Monde en Quatre-vingts Jours (1873) est basé sur une plaisanterie cosmographique : le gain d'un jour pour un voyageur faisant le tour du monde par l'est.

  • Hector Servadac (1877) est l'un des plus fous des Voyages extraordinaires de Jules Verne. Ce roman se passe... sur une comète. Une relecture de ce roman s'impose dans le contexte actuel. On y apprend en effet que l'astronome Palmyrin Rosette, bien avant que l'Agence spatiale européenne n'envoie sa sonde Rosetta vers la comète Churyumov-Gerasimenko, a effectué la première exploration in situ d'un noyau cométaire.

  • Les Cinq Cents Millions de la Bégum (1879) raconte comment, par inadvertance, un satellite artificiel est mis en orbite autour de la Terre.

  • Le Rayon-Vert (1882) attire pour la première fois l'attention du grand public sur un phénomène atmosphérique méconnu.

  • L'objet de Sans Dessus Dessous (1889) est la Terre elle-même, dont des artilleurs cyniques (les fameux membres du Gun-Club de Baltimore, qui avaient déjà envoyé un boulet habité vers la Lune dans les premiers romans astronomiques) essayeront de changer l'axe de rotation. Leur but est de rendre exploitables les mines de houille sur lesquelles ils spéculent. Ils utiliseront pour cela l'effet de recul d'un canon titanesque. L'intrigue est simplement basée sur une faute de calcul, un calcul d'ailleurs exposé en détail dans un appendice, écrit par un expert technique (l'ingénieur Albert Badoureau) rétribué par Jules Verne.

  • L'intrigue des Mirifiques Aventures de Maître Antifer (1894) repose sur une énigme géodésique dont la résolution rigoureuse ferait appel à la trigonométrie sphérique.

  • La Chasse au Météore est un roman posthume paru en 1908, soit trois ans après la mort de Jules Verne. Il a été profondément remanié par son fils Michel qui a ajouté plusieurs chapitres et même des personnages (cependant, la version originale, d'après le manuscrit de Jules Verne, a été récemment éditée par la Société Jules Verne). On y voit deux astronomes amateurs se disputer la paternité de la découverte du météore (en fait un astéroïde). Un savant fou et génial, Zéphyrin Xirdal (personnage ajouté par Michel Verne), modifie l'orbite du bolide à l'aide d'une machine utilisant le principe d'équivalence matière—énergie pour contrôler le lieu de sa chute. Un remake célèbre de ce roman est l'Étoile mystérieuse (1942) d'Hergé (qui s'est cependant toujours défendu de s'être inspiré de Jules Verne).


    Certaines des reproductions des illustrations et cartonnages des éditions originales Hetzel illustrant les analyses d'ouvrage proviennent des sites Jules Verne et Hetzel - Cartonnages extraordinaires et The Illustrated Jules Verne.

    Des extraits et des compléments de ces notes sont parus dans :
    J. Crovisier (2005). L'Astronomie de Jules Verne. In P. Mustière & M. Fabre (eds) Jules Verne, les Machines et la Science, Coiffard Éditeur, 66–73.

    Une présentation sur Astronomie et astronomes dans les romans de Jules Verne a été faite le 25 mars 2009 à l'Université Paris 12 – Val de Marne à Créteil, lors de sa 11ème Journée de la recherche sur le thème Quand l'astronomie joue sur les mots... de la cosmologie à Jules Verne.

    Une conférence sur Jules Verne et ses voyages extraordinaires dans l'espace a été faite le vendredi 17 mai 2013 à la Maison de l'environnement de l'aéroport de Paris-Orly.


    Quelques liens vers des sites sur Jules Verne :
  • http://www.jules-verne.net/ le Centre international Jules Verne à Amiens.
  • http://www.revuejulesverne.com/ la Revue Jules Verne.
  • http://www.nantes.fr/julesverne/ le musée Jules Verne à Nantes.
  • http://www.societejulesverne.org/ la Société Jules Verne.
  • http://jv.gilead.org.il/ forum international.
  • http://www.scoop.it/t/jules-verne-news blog d'information Jules Verne.
  • http://www.fictionbis.com/clubverne/gestion/index.php le Club Verne (filiale de l'Association des amis du roman populaire).

    © 2004—2016 Jacques Crovisier