LESIA - Observatoire de Paris

Hommage à Michel Combes (1939-2017)

lundi 13 mars 2017

(mise à jour le 17 mars 2017)

Michel Combes nous a quittés le 9 mars, au terme d’une brève hospitalisation. Ancien directeur du DESPA et ancien président de l’Observatoire de Paris, Michel a joué un rôle majeur dans l’évolution du laboratoire, dans l’essor de la planétologie en France et plus largement dans l’Observatoire et dans l’instrumentation en astronomie.

Ancien élève de l’Institut d’Optique, Michel intègre l’Observatoire au début des années 1960, dans le groupe de la Caméra Electronique que dirige alors André Lallemand. En 1969, suite au séjour à Paris de S. I. Rasool, impliqué à la NASA dans l’exploration spatiale planétaire, Michel joue un rôle crucial dans la création à l’Observatoire d’un nouveau groupe de planétologie , le « Groupe Planètes », alors hébergé au Département de Physique Solaire qui deviendra ensuite le DASOP.

Opticien dans l’âme, Michel est convaincu que les nouveaux projets doivent s’appuyer sur des innovations instrumentales. Avec James Lequeux, il propose des solutions novatrices pour le télescope Canada-France-Hawaii, mais probablement trop novatrices pour qu’elles aient pu être adoptées. En 1973, il monte une campagne en Afrique du Sud pour observer l’occultation de l’étoile Beta Scorpio par Jupiter. L’expérience est un plein succès, et permet pour la première fois une analyse de la structure thermique de la stratosphère de Jupiter. En parallèle, il travaille au développement d’un spectromètre à Transformée de Fourier dans l’infrarouge thermique, dédié à l’analyse spectroscopique de Jupiter. C’est l’instrument ROMEO I qui sera embarqué sur le Kuiper Airborne Observatory en 1973, et qui sera monté à plusieurs reprises sur le télescope de 2,20m de l’Université de Hawaii et sur le 3,60m de l’ESO à La Silla. Il est suivi d’un autre instrument plus sophistiqué, ROMEO II, qui fonctionnera lui aussi à La Silla au début des années 1980. Ces campagnes permettront d’analyser la composition de l’atmosphère de Jupiter et d’en déterminer les rapports d’abondance, permettant ainsi de contraindre les modèles de formation de la planète.

La décennie 1980 est celle de l’apparition de la Comète de Halley ; Michel souhaite tirer parti de cette opportunité unique. Avec Tobias Owen aux Etats-Unis et Vassili Moroz à Moscou, Michel soumet une proposition pour un nouvel instrument dédié à une observation inédite, celle de l’émission des comètes dans l’infrarouge proche. Pour réaliser cette expérience spatiale, Michel a fait en sorte que le Groupe Planètes rejoigne le DESPA, alors dirigé par Jean-Louis Steinberg. En collaboration avec plusieurs collègues du LPSP et du CSNSM à Orsay, Michel travaille au développement de cet instrument – IKS - qui doit être réalisé dans des délais très courts, et en devient le responsable scientifique. Cette expérience, lancée sur les sondes soviétiques Vega 1 et Vega 2, sera un plein succès, avec la première mesure de la température du noyau et la détection de nouvelles molécules-mères issues du noyau.

Dans le milieu des années 1980, Michel prend la direction du DESPA et rend possible son élargissement avec l’insertion du Groupe Infrarouge Spatial. Il embarque alors le laboratoire dans la réalisation de l’une des voies de la caméra ISOCAM de la mission Infrared Space Observatory (ISO) de l’ESA. En parallèle, dans la continuité de l’expérience IKS, il engage l’équipe de planétologie vers des missions de sondage infrarouge planétaire. Ainsi naît une filière de spectro-imageurs infrarouges conçus et réalisés au DESPA, en partenariat avec l’IAS et d’autres laboratoires internationaux. Ils sont d’abord embarqués sur des missions martiennes avec les instruments ISM/PHOBOS puis OMEGA/Mars-96 avec la Russie, qui sera repris après l’échec de Mars 96 sur Mars Express. Ils inspireront les spectro-imageurs de Cassini/Huygens, de Rosetta et Venus Express. Tous les instruments et sous-systèmes développés au DESPA fonctionneront avec succès, en particulier ceux de la mission Mars Express, toujours en opération autour de Mars.

Suite au décès de Pierre Charvin en janvier 1990, Michel assure sa succession à la présidence de l’Observatoire de Paris. Dans cette fonction, il donne la mesure de ses remarquables qualités humaines, et de sa connaissance des hommes et des institutions qu’il a notamment acquise en tant que membre du Bureau national du Syndicat National de l’Enseignement Supérieur dans les années 1960. A la présidence de l’Observatoire, le principal chantier de Michel Combes est l’initiation d’une restructuration des départements, une opération délicate qui suscite de nombreux débats et controverses. Michel arbitre les conflits dans le respect des personnes et des points de vue. Le département d’astronomie millimétrique, le DEMIRM, rejoint le site de Paris en 1994 ; le service de calcul du Bureau des Longitudes rejoint l’Observatoire (IMCCE) en 1996 ; le Centre d’Analyse d’Images (CAI) rejoint le DASGAL en 1998. Ce sont les premières étapes d’une vaste restructuration de l’ensemble des départements scientifiques de l’Observatoire, qui sera conclue sous la présidence de Pierre Couturier au début des années 2000. Lors de ses deux mandats à la présidence de l’Observatoire, Michel assure également la présidence du CNAP (Conseil National des Astronomes et Physiciens).

Malgré ses lourdes charges administratives, il continue à accompagner le développement des projets spatiaux du DESPA et l’élargissement vers de nouveaux domaines, en particulier l’expérience de photométrie stellaire EVRIS embarquée avec OMEGA à bord de la mission russe Mars-96. Suite à l’échec de la mise en orbite de la sonde Mars-96, les expériences EVRIS et OMEGA seront redéveloppées dans un nouveau contexte. Toujours sous la responsabilité d’Annie Baglin, EVRIS deviendra la mission française CoRoT, première mission spatiale dédiée à la sismologie stellaire et l’exploration des exoplanètes ; OMEGA renaît dans le contexte de la mission européenne Mars Express, toujours sous la responsabilité scientifique de Jean-Pierre Bibring à l’IAS. Plus tard, en collaboration avec l’équipe d’Angioletta Coradini (INAF-IFSA) à Rome et d’autres partenaires européens, l’expérience VIRTIS-H sera embarquée sur deux missions européennes, Rosetta et Venus Express.

En 1999, après ses deux mandats de présidence, il quitte la présidence et revient au DESPA pour travailler avec Loïc Vapillon à un projet scientifique qui lui tient à cœur, l’analyse des images de Titan obtenues par optique adaptative. Il se consacre à des tâches d’enseignement dans le domaine de l’optique. Il participe aussi à des actions de Recherche et Technologie concernant les spectro-imageurs infrarouges, et continue le suivi des développements instrumentaux. Il accompagne et épaule le Service de la Communication et contribue largement aux activités de l’équipe d’Histoire des Sciences aux côtés de son ami Jean Eisenstadt, activités qu’il assurera jusqu’à la fin de sa vie.

La disparition de Michel laisse un grand vide parmi tous ses collègues et amis. Sa forte personnalité, sa clairvoyance politique aiguë, son engagement dans la société, son sens de l’organisation et du dialogue lui ont permis de jouer un rôle majeur dans le domaine de la planétologie mais aussi au niveau de l’Observatoire et au-delà. Michel était un responsable soucieux de ses collaborateurs et respectueux de leur point de vue. Toujours près des autres, pour lesquels il montrait une profonde empathie, il avait une très grande capacité à fédérer les équipes - chercheurs, ingénieurs, techniciens, administratifs - et à les faire travailler ensemble dans la perspective d’un objectif commun. Grand ami de Jean-Louis Steinberg, il a été comme lui un élément essentiel dans le développement du DESPA, devenu le LESIA. Toutes nos pensées vont vers sa fille Isabelle et sa famille.

Thérèse Encrenaz, Annie Baglin et James Lequeux


Michel Combes en 1990
Michel Combes en 1990

Crédit Observatoire de Paris/LESIA

Michel Combes lors du cinquantenaire du LESIA, le 3 octobre (...)
Michel Combes lors du cinquantenaire du LESIA, le 3 octobre 2013

Crédit Observatoire de Paris/LESIA, photo S. Cnudde


Michel Combes et Roger-Maurice Bonnet le 3 juin 2016
Michel Combes et Roger-Maurice Bonnet le 3 juin 2016

Photo prise lors de la cérémonie en hommage à Jean-Louis Steinberg, dans la Salle Cassini de l’Observatoire de Paris
Crédit Observatoire de Paris/LESIA, photo S. Cnudde