LESIA - Observatoire de Paris

  • Lundi 15 décembre 2008 à 11h00 (Salle de conférence du bât. 17)

    Vers un retour à l’interférométrie Hanbury Brown Twiss ?

    Stephan LeBohec (University of Utah)

    L’interférométrie d’intensité n’a pas été utilisée en astronomie pour plus de quarante ans. La technique ne requiert pas de télescopes de qualité astronomique mais ceux-ci doivent être suffisamment grands pour compenser leur faible sensibilité. Applicable aux longueurs d’onde les plus courtes et pour des lignes de bases pratiquement illimitées, une remise a jour de l’effet Hanbury Brown Twiss en astronomie, tirant avantage de progrès énormes en traitement du signal depuis quarante ans permettrait des observations autrement difficiles. Les projets de grande échelle qui se mettent en place pour l’astronomie gamma de très haute énergie tel CTA en Europe ou AGIS aux Etats Unis sont d’une conception très semblable a ce que pourrait être un interféromètre d’intensité moderne.


  • Mardi 25 novembre 2008 à 11h00 (Salle de conférence du bât. 17)

    Radio détection des gerbes atmosphériques par l’expérience CODALEMA

    Arnaud Bellétoile (Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie, Grenoble)

    La radio détection des gerbes atmosphérique est un nouvel outil d’observation des rayons cosmiques d’ultra haute énergie (RCUHE). A côté des techniques classiques comme les détecteurs de particules au sol ou les télescopes de fluorescence, la radio détection, dont l’idée fut proposée une première fois dans les années 60, connaît depuis ces dernières années un regain d’intérêt. Ce mode de détection présente en effet des qualités intrinsèques (mesure calorimétrique, acceptance, cycle utile, coût) qui pourrait faire d’elle un instrument particulièrement bien à la problématique des rayons cosmiques d’énergies extrême.
    Je commencerai par présenter un bref historique depuis les premiers développements théoriques du temps des pionniers de la radio détection jusqu’aux modèles actuels. Ensuite, je m’attacherai à présenter les développements expérimentaux et les résultats obtenus ces dernières années par les détecteurs LOPES en Allemagne et surtout CODALEMA en France au sujet duquel j’entrerai plus en détail. Enfin, je terminerai avec les prochains objectifs à atteindre pour faire de la radio détection une technique d’observation mûre des RCUHE dans les années à venir.


  • Vendredi 7 novembre 2008 à 11h00 (salle de conférence du bât. 16)

    The role of the magnetic field in the interaction of the solar wind with a magnetospher

    Francesco Califano (Università di Pisa, Italy)

    The Earth’s magnetosphere and solar wind environment is a laboratory of excellence for the study of the physics of collisionless magnetized plasmas. Here we will focus on low latitude magnetopause region and discuss the conditions leading to magnetic field reconnection in the presence of large scale Kelvin - Helmholtz vortices. The process generates magnetic islands with typical size of the order of the ion inertial length, much smaller than the MHD scale of the vortices and much larger than the electron inertial length. The process of reconnection and island formation sets up spontaneously, without any need for special boundary conditions or initial conditions, and independently of the initial in-plane magnetic field topology, whether homogeneous or sheared. These results can be of interest for the interpretation of satellite data in many regions of the terrestrial environment such as the magnetosheath or the magnetotail.


  • Mardi 28 octobre 2008 à 11h00 (salle de conférence du bât. 17)

    Kinetics of solar wind expansion : simulations and observations

    Lorenzo Matteini (LESIA, Observatoire de Paris)

    Kinetic physics plays an important role in many space plasmas and the study of microsopic scales is often necessary to correctly understand the macrosopic dynamics of a system. In situ observations of the solar wind plasma show that particle velocity distribution functions are not Maxwellian and depart from the thermodynamical equilibrium. Proton distributions are characterized by the presence of a velocity beam and a temperature anisotropy with respect the ambient magnetic field ; these properties suggest that kinetic processes take place along the solar wind expansion. I will discuss the role of wave-particle and wave-wave interactions in the evolution of the solar wind protons : the effetcs of plasma kinetic instabilities, cyclotron heating and non-linear particle trapping are investigated using a hybrid numerical code which includes the effects of the expansion on the plasma. Simulation results are compared with direct observations of Helios and Ulysses spacecrafts in the distance range 0.3-2.5 AU, providing in reasonable agreement with solar wind data.


0 | 10